Le Wax

Tout ce que vous devez savoir sur le Wax

L'origine du Wax

Le wax est le fruit d’une longue histoire entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie. En effet, à l’origine, le wax tire son histoire du batik javanais, un tissu venu d’Indonésie. A la fin du XIXème siècle, les colons anglais et hollandais s’en inspirent pour l’imprimer sur des étoffes de coton aux différents motifs et aux couleurs vives et deviendra le wax. Puis il sera importé d’abord au Ghana puis dans le reste de l’Afrique de l’Ouest.

Le wax est devenu un véritable emblème de la culture et de la mode africaine qui se nomme plus communément : le pagne ou le tissu africain et est utilisé pour fabriquer les tenues traditionnelles du quotidien depuis des décennies par des millions d’africains. Le pagne caractérise une ethnie, une région, une époque ou les grands évènements de la vie : fiançailles, mariages, baptêmes, funérailles, anniversaires….  

Il faut savoir que presque chaque pagne porte un nom afin d’être identifié plus facilement. Le pagne ne représente pas seulement un vêtement mais une valeur de référence, un signe de reconnaissance sociale, un symbole reconnu par tous qui se transmet de mère en fille dans certaines familles.

Les variétés de wax

Les variétés de wax ne se limitent pas seulement aux couleurs et motifs, mais également à la qualité d’impression ainsi qu’à ses origines.

Aujourd’hui on distingue 3 types de wax :

  • Le wax hollandais ou néerlandais, étant considéré comme le meilleur et le plus prestigieux avec la marque Vlisco depuis plus de 170 ans et leader sur le marché en Europe et en Afrique. Le groupe Vlisco dispose d’un siège africain, un centre d’excellence basé à Acrca au Ghana qui gère les approvisionnements et le marketing pour la zone Afrique. Celui-ci dispose d’une grande liberté d’actions pour promouvoir l’ensemble des marques du groupe.
  • Le wax africain qui est malheureusement peu présent sur le marché. En effet, seul 10% du wax vendu en Afrique est fabriqué sur le continent par le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Ghana. Le Bénin produit trois qualités de wax : le wax appelé « Chigan », de qualité comparable au wax hollandais, le « Védomé », de qualité intermédiaire et enfin le « Chivi » de qualité inférieure. Quant à la Côte d’Ivoire, elle dispose des filiales Woodin, Uniwax et GTP et assurent la production des tissus pour ces dernières.
  • Le wax « Made in China », qui se vend à des prix très bas et reste de mauvaise qualité. La plupart du temps en coton fin ou même en synthétique, ne respectant pas le principe du traitement par la cire, imitant juste les couleurs et les motifs wax et imprimés d’une seule face au lieu des deux habituellement. Une qualité qui fait du tord à ce magnifique tissu et à son industrie.

Le wax, tout un secteur économique

Le wax est également à l’origine de tout un secteur économique, avec l’émergence, à partir des années 40, des « Nana Benz », femmes originaires du Togo. Des négociantes de tissus, redoutables femmes d’affaires devenues millionnaires, et milliardaires même pour certaines dans les années 70 et 80, marquant ainsi la culture populaire. Elles affichaient alors les mêmes signes de réussite que les hommes, d’où leur surnom, « Nana Benz », tiré des grosses cylindrées, des Mercedes au volant desquelles elles sillonnaient les routes pour leurs affaires.

Aujourd’hui les Nana Benz sont beaucoup moins nombreuses et ont dû faire face à de nombreuses mutations au fil des années. Avec la crise économique au Togo dans les années 90, l’arrivée de la concurrence, l’invasion de la contrefaçon des textiles « Made in China », qui sont beaucoup moins chers et donc plus accessibles. Les nouvelles réglementations, l’arrivée d’autres marchés comme la friperie qui occupe une place importante ainsi que la crise du secteur textile ont fortement impacté ce secteur économique et ses principales actrices. Sans oublier l’incendie du marché de Lomé en Janvier 2013 qui avait été dévastateur provoquant d’importants dégâts mais surtout la ruine de nombreuses commerçantes. Tous ces éléments ont donc conduits à la disparition de ces fameuses Nana Benz, mais pas toutes. Les pionnières encore présentes ont pu transmettre le flambeau à leurs filles, les « Nanettes », qui gèrent le business d’une toute autre manière face à la mondialisation en se modernisant et se diversifiant, permettant ainsi de s’inscrire dans la durée.

Le Wax est à l'honneur

L’Afrique est chic : le Wax est à l’honneur de l’univers de la mode en passant par la décoration intérieure. Une tendance lancée par l’univers du Luxe en 2012. Burberry fut la première maison de luxe à lancer toute une collection composée de trenchs, de robes et de chemises avec du wax. Depuis de nombreuses marques ont suivi la tendance et très récemment avec la Maison Dior avec sa dernière collection Croisière 2020 présentée à Marrakech, inspirée par l’Afrique.

Aujourd’hui, le wax a su se faire une place de choix dans le monde de la mode et ce au niveau international. Porter du Wax a toujours été un signe extérieur d’élégance, de prestige et de richesse pour les hommes et femmes africains. Un engouement grandissant qui présage une longue vie au wax. On l’espère de tout cœur.

N'oubliez pas, le wax se porte au quotidien.
Alors n’hésitez pas : #WaxezVous

Copyright 2019 @ Ayaovi – Design by Afrikafun